Rimages / Miette et Léon

Rimages a été écrit sur le plateau. Nous disposions seulement d'un canevas extrêmement lâche, d'une idée de dispositif scénique (une grande caisse qui, ouverte, figure un élément de maison, ou d'appartement) et d'une esquisse de personnages (l'un est stable, attaché à un espace qu'il s'est sans doute lui-même construit, l'autre est nomade, peut-être contre son gré, mais en tout cas attaché à sa liberté). Et c'est grâce aux propositions et aux improvisations des comédiens (Danièle Rétif et Jean-Paul Charkey) que j'ai pu fixer le texte.

Nous avions particulièrement travaillé sur l'utilisation d'objets (un labyrinthe, des figurines, une photo d'enfants, une valise-paysage...) et de la musique (d'une valse musette à un thème de Michel Portal) ainsi que sur l'utilisation la plus pertinente possible d'un espace que nous avions créé de manière plus intuitive que réfléchie et qui s'est finalement révélé très efficace et porteur à a fois d'opportunités de jeu et d'une charge poétique qui nous a nous-mêmes surpris.

Rimages, créé en 1985, a connu un longue carrière : plus de 200 représentations sur quatre saisons. et fera l'objet d'une reprise en novembre 2018.

La fable : Tout commence dès que le spectateur a mis le pied dans la salle : il est invité à faire le tour d'une boîte-maison, décor astucieux qui suscite d'emblée l'imaginaire, qui invite au voyage... dans le pays des contes, d'un conte. L'homme en blanc habite la caisse ; il aime l'ordre, la méthode, et règne sans partage sur les deux curieuses poupées qu'il a inventées... La Dame en noir vagabonde étourdiment. Elle a abandonné, on ne sait qui, on ne sait quoi, on ne sait où, pour courir les chemins...
Tout n'est pas toujours aussi blanc ou aussi noir dans cette histoire : les deux personnages, aussi violents que tendres, aussi cruels que doux, se partagent alternativement attirance et rejet de la part du spectateur.

              Rimages : Danièle Rétif et Jean-Paul Charkey

Rimages, objet théâtral apparemment sans complications, constitua pour nous un champ de réflexion immense : il nous amena à nous interroger profondément sur le désir que nous avions de travailler pour le jeune public, sur la notion de « format » adapté à ce public-là, sur les modalités d'accueil spécifique qu'il requiert souvent (et qu'il est bon d'intégrer au spectacle lui-même) et sur bien d'autres choses encore.

Rimages a été publié en 1986, avec Trois pas dehors, par les éditions La Fontaine. Crée en 1985 et joué plus de 300 fois, il fait l'objet, en 2018 d'une reprise dans un dispositif scénique semblable (mais tout neuf), jouée par Dominique Chenet et Patrice Lattanzi.


Miette et Léon et a été écrit en 2014. Miette et Léon a été d'abord un très court spectacle (15 mn), commandé par la Musée d'Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne-Métropole et joué par la compagnie Coeur d'art & Co pour aider les très jeunes visiteurs du musée à accéder à l'exposition des œuvres d'un peintre contemporain, Djamel Tatah, dont les toiles tentent de cerner l'essence des relations entre des figures (des hommes et des femmes, grandeur nature, à hauteur de visiteurs), relations ténues, quasiment proches de l'indifférence ; bref, le pari n'avait rien de simple.

L'envie m'a pris bien sûr de développer ce premier travail. Et Miette et Léon devint une histoire d'amour.

La fable : Miette et Léon s'aperçoivent, se méfient l'un de l'autre tout en s'attirant et mettent un peu de temps avant de s'adresser l'un à l'autre. C'est qu'il n'est pas facile de libérer un peu de son espace pour l'autre, de mettre en commun des histoires et des aspirations forcément différentes, ne serait-ce qu'un peu. Et pourtant, on va y arriver, sans pour autant entrer en négociation ni faire de concessions... mais en acceptant de passer par des moments assez cocasses !

Miette et Léon, c'est Rimages, en version un peu « soft » : les personnages sont moins englués dans leurs manières respectives d'être et de penser, ils sont moins chargés d'une histoire personnelle jamais dite mais tout de même pesante. Pour autant rien n'est simple : il faut beaucoup d'amour mais sans doute aussi pas mal d'intelligence et une bonne dose de volonté et d'humour pour construire une vie à deux.

                                                                                          Miette et Léon ?