Rien pour moi

Drôle de tentative que ce Rien pour moi , destinée aux très jeunes spectateurs (à partir de 4 ans) : pas du tout de linéarité, pas de fable à proprement parler, pas d'enchaînement de faits ou de sensations significatif mais une suite de « moments » où un personnage cherche des moyens de meubler sa solitude. C'est une proposition qui, malgré la performance des comédiennes mettra un certain temps à trouver son équilibre. J'éprouverai le besoin de réintervenir à plusieurs reprises sur le texte. Pour autant, la pièce, créée en 2003, ne connaîtra qu'une brève existence. Sans doute maladroite, sûrement trop fragmentaire, elle mériterait peut-être une nouvelle construction. Il conviendrait, en particulier de repenser ce qui fait lien entre les différents    « moments » et de questionner encore les potentialités du dispositif quadrifrontal qui inclut les très jeunes spectateurs dans les marges poétiques du spectacle.

                      Rien pour moi : Sophie Berthelier, Dominique Chenet au Théâtre des Ateliers de Lyon

                                                             Conversation après le spectacle

La fable : Guidés par Mélie, les très jeunes spectateurs gagnent, par petits groupes, leur place sur les gradins qui entourent l'aire de jeu.C'est pour voir s'animer un personnage : Lola. Lola est seule.Vraiment seule.
Alors, elle joue, avec elle-même : ses gestes, sa voix, ses souvenirs.
Elle peuple son espace d'amis imaginaires, de mots tour à tour légers ou terribles à dire. Elle rêve de voyages qui ne finiraient jamais.
Tout cela, bien sûr, est difficile et ne peut, ne devrait durer qu'un temps...