Il est parti, Gus


La fable

Il y avait Gus, Brice et Jeff.

Dans l'ordre. Un ordre admis par tout le monde. Comme ça, c'est plus facile. Seulement voilà : Gus n'est plus là. Que faire ? L'attendre ? Rien ne dit qu'il reviendra. Occuper sa place ? Brice en rêve, mais Jeff veille. Rien n'est simple. D'autant que Gus, en partant, n'a pas laissé seulement derrière lui Brice et Jeff, non, il y a aussi Taya, dont ils découvrent l'existence : c'est tout un pan de la vie de Gus qui leur était inconnu ! Gus n'est pas là. Il faut faire sans lui.

Oui, mais faire quoi ?

La même chose ? Pas possible.

Faire mieux ? Comment faire mieux sans Gus, qui faisait tout si bien ?

Faire autrement ? Essayons, nous n'avons pas le choix.

Décembre 2015. Voilà, c'est fait, j'aurais essayé de partager avec le jeune public ce sentiment complexe qui nous saisit lorsqu'on est confronté à la disparition de ceux qui nous entourent, à la fragilité de ce qu'ils nous laissent, à la persistance du souvenir. A ce présent, à cet avenir surtout, dont leur départ a infléchi les perspectives jusqu'à parfois les renverser.

La compagnie de La Manivelle fera de ce texte une très émouvante lecture en mars 2016 à Saint-Omer et les Ecrivains Associés du Théâtre en feront l'un de leurs Mardis Midi, le 29 janvier 2019 au Théâtre 13. L'école des loisirs le publiera en octobre 2019.

La Manivelle lit Il est parti, Gus


Trois chaises

La fable :

- « On a vu une colline et on a voulu savoir ce qu'il y avait derrière ; derrière, on a trouvé une autre colline et on a voulu savoir ce qu'il y avait derrière ; derrière, il y avait encore une colline et...

    - Et ainsi de suite. C'est comme ça que nous sommes partis dès que nous avons su marcher. »

C'est comme cela, en effet, qu'ils sont partis, Flap et Clof. Et les voilà, personnages beckettiens, cheminant sans fin dans un paysage non moins beckettien. Jusqu'à ce qu'ils rencontrent trois chaises. Trois chaises, pour eux qui ne sont que deux ? La chaise surnuméraire va immédiatement leur poser d'insurmontables problèmes mais surtout s'allier à leur solitude pour exciter leur imagination et les entraîner dans un drôle de tourbillon d'émotions et de sentiments.

Ecrit en 2013, Trois chaises a fait l'objet en 2015 d'une « esquisse scénique » conçue par François Gérard et l'équipe de La Manivelle.