TROIS PAS DEHORS (extraits)

Il : Il y a dans le plafond une fente étroite. Dès que je me réveille, dès que mes yeux s'ouvrent, c'est elle que je vois d'abord. Toujours au même endroit. il y passe souvent un rayon de soleil. Presque toujours à la même heure. Avec, dedans, des milliers de grains de poussière. On ne les voit pas tout de suite. Si l'on n'est pas attentif, on dit seulement : « Tiens un rayon de soleil ». Et puis on passe, on pense à autre chose. Il faut cligner de l'œil et pencher un peu la tête arrière. Les grains de poussière vont très vite et dans tous les sens. Ils montent ; ils descendent et changent brusquement de direction. Au moment où l'on s'y attend le moins, bien sûr. Il faut sauter de l'un à l'autre, en pleine course ! Abandonner celui qui va sortir du soleil ! Juste avant qu'il ne soit repris par le bleu, le noir, le froid. Et bondir sur celui qui se précipite vers la fente éblouissante du toit. Le chevaucher vertigineusement, en frôlant les autres, du soleil plein les yeux. Enfin, se laisser glisser au passage sur celui qui descend, paresseusement, jusqu'à se poser sans bruit sur le plancher. On est arrivé. On est lumineux. On respire. A votre tour.

...............................................................................................................................................................

Lui : C'est petit ! ... Enfin, c'est... c'est court ! Je veux dire... ce n'est pas grand ! ... Ou alors on est juste au bord ! De toutes façons ton idée est idiote ! J'espère que tu as eu très peur, tout seul.

Il : Qu'est-ce que c'est ?

Aaaaargh !

Lui : Ah si : Vous en avez trop dit !

Il : Non !

Lui : Compris, j'essaie.

Il - Non... Oui... il y a peut-être un moyen : si vous sortez, (mais vous ne sortirez pas !), ne regardez pas au loin, fixez... je ne sais pas, moi... un grain de poussière, un brin de paille... quelque chose de très petit, tout près de vous...

Lui : Vous alliez dire quelque chose...

Il : Rien. Ne sortez pas. C'est tout.

Lui : A moins que ?

Il : Alors, ne sortez pas. Ne sortez pas du tout. A moins que...

Lui : Oui.

Il : Mon Dieu, à ce point ?

Lui : Je... ah... c'est... c'est grand !

Il : Qu'est-ce qui se passe ? Qu'avez-vous ?

Lui : Aaaaah !

Il : Non !

Lui : Comme ça, hein ? Je sors.

Il : Ces choses-là se savent... comme ça.

Lui : Comment le savez-vous ? Vous n'avez jamais été seul.

Il : Seul, j'aurai peur.

Lui : Seul ? Et pourquoi ? Pourquoi pas ?

Il : Je ne sors pas : vous ne sortez pas, vous n'allez pas me laisser seul !

Lui : Je ne sors pas ?

Il : Non.

Lui : Bon. Alors, je sors.

Il : Sortir ? Ah, non ! Pas ça ! Pas moi !

Lui : Sortons.